L’immobilier s’oriente vers une nouvelle tendance post-confinement

Publié le dans Les dossiers

Deux mois de confinement et, pour bon nombre de français, de télétravail, et c’est tout le marché de l’immobilier qui a changé. Les parisiens ne rêvent plus que de s’éloigner le plus possible du périphérique ; pendant que les provinciaux, habitants des grandes villes, rêvent eux aussi de maisons, pavillons, bref de grands espaces de vie. Les maisons au vert, avec leur lot de travaux, sont donc plus que jamais au cœur des rêves immobiliers des français.

La crise sanitaire, dont la France sort petit à petit, a eu un impact majeur sur les rêves immobiliers des français. Deux mois à rester chez soi, en famille, à « se marcher dessus » au sein d’une petite surface, a fait réfléchir plus d’un habitant de grandes villes.

 

« Est-ce une vie ? Est-ce la vie que nous voulons pour nos enfants ? Ne pouvons-nous pas télétravailler depuis un bien plus grand, disposant d’un jardin ? » Autant d’interrogations légitimes qui expliquent les changements d’objectifs et de critères de recherche en matière de biens immobiliers chez les français.

 

À ce sujet, les chiffres sont éloquents. Selon le l’Observatoire du Moral Immobilier (OMI) de SeLoger*, réalisé la première semaine du déconfinement : 

  • 53% des acquéreurs potentiels font de l’accès internet une priorité (télétravail oblige).
  • 25% des français envisagent de devenir propriétaire dans une petite ville de moins de 20.000 habitants. 13 % des acquéreurs interrogés avouent même cibler la campagne.
  • Près d’un français sur 2 (47%) recherche une maison.
  • 38% des français étendent ou déportent leur zone de recherche, en s’éloignant des grandes villes notamment.
  • 14% font de la présence d’un espace extérieur un critère essentiel.
  • 20% ont revu à la hausse la superficie de leur futur logement.
  • Etc.

 

Parallèlement, cette même étude estime que les recherches ont diminué de 20% à Paris, de 12,5% en proche banlieue et de 8,3% en grande couronne. Pendant que les recherches bondissaient de 17% en région Bretagne… Face à de tels chiffres, on ne peut que constater l’évolution du marché de l’immobilier.

 

Des travaux d’aménagements en perspective…

 

Dans le même temps, l’on est en droit de se demander si le confinement n’aurait pas donné des envies de bricolage aux français. Car, que ce soit pour gagner en superficie, pour aménager un espace extérieur ou tout simplement payer moins cher leur logement, l’enquête SeLoger fait apparaître que 72% des acheteurs se déclarent prêts à réaliser des travaux dans leur futur logement.

 

Plus de surface = plus de travaux

 

Quoi qu’il en soit, que les futurs acquéreurs mettent, ou non, la main à la pâte, les travaux d’aménagement seront à l’honneur. Ne serait-ce que pour aménager une pièce isolée dans laquelle ils pourront travailler, sans risquer d’être dérangés par les jeux du petit dernier. 

La transformation d’un espace disponible en bureau par exemple pourra donner lieu à la réalisation de travaux d’extension.

D’autre part, le parc de biens immobiliers dans les zones nouvellement convoitées devra forcément répondre aux attentes des nouveaux acquéreurs. Plus que des maisons secondaires, ce sont bien des lieux de résidence dont il s’agit ici. Avec tout le confort que cela demande. Exit donc l’agrément parfois « spartiate » d’une maison à la campagne que l’on n’occupe qu’aux beaux jours.

 

En plus des travaux de mise aux normes des éléments essentiels (plomberie, chauffage, électricité, isolation, etc.), l’aménagement de ces nouveaux lieux de vie devront répondre aux aspirations de ces nouveaux acquéreurs. Qui dit superficie plus importante, dit certes pièce isolée pour travailler et qui pourra devenir une chambre d’appoint à l’occasion, mais aussi une chambre pour chacun des enfants, et pourquoi pas, en plus d’une salle de bains, ne pas prévoir une salle de douche, sans oublier une grande cuisine / lieu de vie, un salon, une salle à manger et une terrasse pour profiter de l’extérieur, etc. 

 

Des simples travaux d’embellissements aux gros œuvres

 

Gageons que toutes les situations seront envisageables suivant les cas de figure. De la simple mise en couleur des murs au réaménagement complet de la surface habitable comme des extérieurs (terrasse, piscine, jeux d’extérieur), cette nouvelle vague d’acquéreurs fourmillent sans aucun doute d’idées et de rêves à réaliser. Reste pour eux à trouver le bien immobilier « coup de cœur », de la maison de ville prête à être investie au grand corps de ferme à repenser entièrement, qui saura leur faire quitter les grandes villes et vivre la nouvelle vie à laquelle ils aspirent. 

Pour vos projets travaux, vous pouvez compter sur mesTravaux.com pour vous accompagner sur votre recherche d’artisans et de devis travaux.

*Données issues de l’Observatoire du Moral Immobilier, étude en ligne du Groupe SeLoger réalisée du 14 au 18 mai 2020 et redressée par Kantar TNS.

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © 2008 - 2020 mesTravaux.com - Tous droits réservés & marques déposées -A propos - Contact - Mentions légales  - CGV - CGU - Plan du site